«

»

Déc
01

Pouvoirs de l’induction

Faraday voulait «transformer le magnétisme en électricité». Son programme a eu de merveilleux succès, tant dans les freins ralentisseurs de camions que dans les plaques à induction.

Extrait

De tous les moyens de cuisson, le plus singulier est la plaque à induction, où la chaleur est créée directement dans le métal de la casserole. Ce prodige est le résultat de l’induction électromagnétique, une des plus efficaces façons de transmettre de l’énergie sans contact.

Plaçons un morceau de cuivre près d’un aimant. Que se passe-t-il? Rien! En revanche, si nous déplaçons le cuivre par rapport au champ magnétique, un courant électrique apparaît dans le cuivre qui s’échauffe. Cet effet, découvert par Foucault et Faraday, est source de multiples applications comme les plaques à induction et les ralentisseurs électromagnétiques. Nous vous invitons à une promenade dans les applications de l’induction.

Dans un conducteur comme le cuivre une partie des électrons sont libres de se mouvoir, et leur mouvement, sous l’effet d’une force, engendre le courant électrique. Nous savons qu’un aimant crée un champ magnétique qui exerce une force sur les charges en mouvement, force perpendiculaire au mouvement des charges, qui tend à incurver leurs trajectoires. Quand nous déplaçons le morceau de cuivre, les électrons subissent cette force et sont animés d’un mouvement que l’on désigne par «courant de Foucault». L’intensité du courant est proportionnelle à la vitesse de déplacement du matériau et à l’amplitude du champ magnétique. Les courants de Foucault ont des parcours compliqués au sein de la matière où aucun fil ne les guide. On sait toutefois qu’ils forment des lacets et des boucles, d’où leur autre nom de «courants tourbillonnaires».

Parus dans :

Pouvoirs de l’induction J.M. Courty et E. Kierlik. Pour la Science N°290, (décembre 2001)