«

»

Avr
01

À travers le miroir

Les métaux font de bons miroirs : ils contiennent une myriade de petites antennes, les électrons libres, qui réémettent le signal reçu.

Extrait :

Quand Narcisse vit son reflet dans la fontaine, il s’admira si longtemps, qu’il tomba dans l’eau et se noya. La réflexion lui avait coûté la vie… Pendant l’Antiquité, d’habiles artisans polirent avec soin des miroirs en argent ou en bronze massifs. Cette technique perdura jusqu’à ce qu’on apprenne enfin à déposer une couche métallique sur le verre, au XIVe siècle. Les métaux, tous de bons conducteurs électriques, sont aussi de bons réflecteurs. Pourquoi? Parce qu’ils contiennent un grand nombre d’«électrons libres». Les électrons libres d’un morceau de métal plongé dans un champ électrique statique subissent une force, qui les met en mouvement. Si le métal fait partie d’un circuit électrique, un courant en résulte ; si le métal est isolé, les électrons libres sont confinés à l’intérieur de son volume et ceux qui parviennent en surface s’y accumulent et créent un champ électrique jusqu’à ce que, à l’intérieur du matériau, ce champ créé par les électrons compense le champ électrique statique.

Références

  • Eugene Hecht, Optics, quatrième édition, Addison-Wesley, 2002.
  • Paul Combes, Micro-ondes, Dunod, 1997.

Parus dans :

À travers le miroir, J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N° 306, (Avril 2003)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>