«

»

Oct
01

Le gond et le violon

Tant les grincements que les sons mélodieux d’un violon résultent de la combinaison de frottements solides et d’élasticité.

Extrait :

La voiture s’arrête en un crissement de freins… Le détective écoute… Un violon pleure au loin dans la maison isolée… Le détective pousse la grille qui grince… Ces sons, qui ajoutent au frisson des films d’angoisse et contribuent à l’agrément des concerts, ont une même cause : l’action combinée des frottements solides et d’un comportement élastique.

Références

  • D. E. Hall, Musical acoustics, Brooks/Cole Publishing Company, 1990.
  • F. Heslot et al. Crepp, stick-slip, and dry friction dynamics : experiments and a heuristic model, in Phys. Rev. E 49, p. 4973, 1994.

Parus dans :

Le gond et le violon , J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N° 312, (octobre 2003)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>