«

»

Déc
01

Bien reçu, bien entendu

L’oreille est d’une remarquable sensibilité. Cet organe décèle d’infimes oscillations de l’air, dont l’amplitude n’atteint que quelques dizaines de milliardièmes de mètre. Quelle est sa recette ?

Extrait :

Un millionième de millionième de watt : telle est la puissance sonore détectée par notre oreille lorsque nous entendons un murmure. Comment l’organe auditif perçoit-il d’aussi infimes vibrations de l’air ? Il capte l’onde sonore et la transmet intégralement jusqu’aux cellules ultrasensibles de la cochlée, dans l’oreille interne. La clef de la prouesse réside tant dans la transmission du son que dans sa détection.

Références :

  • R. Beyer, Sounds of our times, AIP Press/Springer-Verlag, 1998.

Parus dans :

Bien reçu, bien entendu , J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N° 326, (décembre 2004)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>