«

»

Août
01

L’arc, merveille technique

À quoi tient le succès de l’arc ? À la simplicité de cette arme et à l’étonnante efficacité avec laquelle elle transfère son énergie à la flèche.

Extrait :

Aujourd’hui discipline olympique, symbole de geste gracieux et pacifique, le tir à l’arc fut longtemps une pratique redoutable. Jusqu’à l’apparition des mousquets et arquebuses, aucune autre arme de jet n’égalait l’arc. Simple et rapide à utiliser, il transfère à la flèche une énergie considérable. Pourquoi le stockage de l’énergie et sa restitution au projectile sont-ils aussi efficaces ? L’arc est plus rapide et léger que la catapulte et le trébuchet, engins exploitant l’énergie potentielle de gravitation d’un lourd contrepoids qu’il faut au préalable soulever. Il est plus précis et demande moins d’espace que la fronde, où l’on accumule de l’énergie cinétique en faisant tournoyer de plus en plus vite le projectile. Le geste pour armer un arc est simple : en tirant sur la corde, l’archer fléchit les branches de son arc et l’énergie de déformation élastique ainsi emmagasinée est prête à être cédée à la flèche.

Références :

  • M. Denny, Bow and catapult internal dynamics, in European Journal of Physics, vol. 24, pp. 367-378, 2003.
  • B.W. Kooi, On the mechanics of the bow and arrow, thèse de doctorat, Université de Groningue, Pays-Bas, 1983 (téléchargeable à : http://www.bio.vu.nl/thb/users/kooi/).

Parus dans :

L’arc, merveille technique , J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N° 322, (août 2004)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>