«

»

Sep
01

L’eau et le feu

L’eau est réputée efficace pour éteindre le feu. En milieu confiné, elle peut cependant entraîner un effet inverse et catastrophique.

Extrait :

Le mégot mal éteint met le feu à la corbeille, puis aux rideaux qui enflamment ensuite la bibliothèque. On risque même l’embrasement généralisé, nommé flashover, où l’ensemble de la pièce – les meubles, les parois et les fumées – brûle. Peut-on éviter cette catastrophe tant redoutée des pompiers ? Oui, à condition d’utiliser judicieusement l’eau comme agent refroidissant. Comment éteindre le feu de bois que vous avez allumé – bien imprudemment – dans un foyer improvisé pour un barbecue convivial ? Vous pouvez attendre que le feu s’éteigne de lui-même faute de combustible, le recouvrir de sable afin de l’étouffer ou encore le refroidir en l’aspergeant d’eau. Si ces trois méthodes sont efficaces, c’est qu’un feu résulte de la réaction chimique entre un corps combustible et un corps comburant, réaction auto-entretenue par le dégagement de chaleur. Qu’un seul élément du triangle combustible-comburant-chaleur manque et la combustion cesse. Lorsque le feu s’étend et qu’il n’est plus possible d’éliminer les combustibles ou d’étouffer le feu, c’est à la chaleur que les pompiers s’attaquent, en arrosant avec de l’eau.

Références

  • Paul Grimwood, Tactical flow rates for interior firefighting, téléchargeable sur : http://www.firetactics.com
  • http://www.flashover.fr

Parus dans :

L’eau et le feu , J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N° 335, (septembre 2005)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>