«

»

Août
01

Clac végétal et uppercut de crevette

Certains animaux ou plantes effectuent des mouvements étonnamment rapides, en mettant à profit la mécanique de surfaces courbes semi-rigides.

Extrait :

Pour capturer sa proie ou la tuer, il faut agir vite et fort. Comment le faire lorsqu’on est une plante carnivore, dépourvue de muscles, ou une crevette ? En stockant l’énergie sous forme élastique et en la libérant d’un coup. La dionée attrape-mouches (Dionaea muscupula) ferme ainsi ses mâchoires végétales en un dixième de seconde, tandis que la crevette-mante Odontodactylus scyllarus assène son « coup de poing » en deux millisecondes (voir les figures 1 et 2). Point commun de ces deux champions de rapidité : ils stockent l’énergie en déformant une paroi élastique courbée.

Références :

  • S. N. Patek et al., Deadly strike mechanism of a mantis shrimp, in Nature, vol. 428, pp. 819-820, 2004.

Parus dans :

Clac végétal et uppercut de crevette , J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N° 346, (août 2006).