«

»

Juin
01

Le trébuchet du footballeur

Pour transférer efficacement de l’énergie, les artilleurs du Moyen Âge utilisaient sans le savoir un pendule double. Tout comme, de nos jours, les footballeurs et les golfeurs.

Extrait :

Les footballeurs professionnels communiquent au ballon une vitesse pouvant aller jusqu’à 120 ou 130 kilomètres par heure. Pour réaliser cet exploit, ils effectuent un mouvement bien spécifique, où tout l’effort est exercé au niveau de la cuisse et bien avant la frappe. Quand le pied entre en contact avec le ballon, la jambe est tendue et ses muscles pratiquement relâchés. Le mécanisme mis en jeu dans la frappe permet de transférer efficacement l’énergie musculaire au ballon. On le retrouve dans de nombreux dispositifs techniques, par exemple les trébuchets moyenâgeux.

Références :

  • A. Lees et L. Nolan, The biomechanics of soccer : a review, in Journal of Sports Sciences, vol. 16, pp. 211-234, 1998.

Parus dans :

Le trébuchet du footballeur , J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N° 344, ( juin 2006)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>