«

»

Juin
01

Dans le sillage des navires

À la surface de l’eau, tous les sillages ont une géométrie globalement identique. Contrairement aux sillages des avions…

Extrait :

Observez le sillage tracé sur l’eau par un canard, une barque ou un cargo. Si le détail des vagues formées diffère, la forme générale du sillage est la même : l’eau est perturbée dans un secteur dont l’angle au sommet est de 39 degrés. Cette valeur est universelle, quelles que soient la taille ou la vitesse du mobile qui vogue. Comment comprendre ce phénomène ? Peut-on le comparer à celui des avions lorsqu’ils dépassent le mur du son ? Lorsqu’un avion vole, il perturbe l’air et engendre des ondes acoustiques. Le son émis par l’avion à un instant donné se propage à partir du lieu d’émission dans toutes les directions à vitesse constante, celle du son. Ainsi, l’énergie sonore émise par l’avion à des instants successifs dessine des sphères centrées sur les positions que l’avion a occupées et dont le rayon croît proportionnellement au temps écoulé depuis l’émission.

Références

  • J. Lighthill, Waves in fluids, Cambridge University Press (2e édition), 2001.

Parus dans :

Dans le sillage des navires , J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N°368, (juin 2008)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>