«

»

Mai
01

Un verre de rosée ou de brouillard ?

L’atmosphère contient de la vapeur d’eau en abondance. Récupérée, elle représenterait une source alternative d’eau potable.

Extrait :

Si l’eau potable n’est pas équitablement répartie sur notre globe sous sa forme liquide, la vapeur d’eau est omniprésente dans l’atmosphère. Les brouillards et la rosée en témoignent. Même dans le désert le plus aride, la vapeur d’eau est là. Et de nouvelles stratégies se développent pour la récupérer : filets à brouillard, récupérateurs de rosée… Quelles sont les promesses et les limites de ces techniques, qui mettent en jeu la physique de la condensation ?

Références

  • D. Beysens, Dew nucleation and growth, in Comptes Rendus Physique, vol. 7, pp. 1082-1100, 2006.
  • P. Cereceda, Advective, orographic and radiation fog in the Tarapacá region, Chile, in Atmospheric Research, vol. 64, pp. 261-271, 2002.

Liens Web

  • Opur L’association internationale Pour l’Utilisation de la Rosée.

Parus dans :

Un verre de rosée ou de brouillard ? , J.M. Courty et E. Kierlik, Pour la Science N°367, (mai 2008)

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>